© 2018 oeufdecaille

Qui sommes-nous?

Ma passion pour les cailles remonte à ma plus tendre enfance. A l’âge de 6 ans déjà, lors des visites que je faisais chez mon oncle, je m’intéressais à son élevage. En 1996, j’ai eu l’occasion d’élever mes premières cailles dans une ferme de la région et d’acquérir mes premières connaissances sur le sujet. Suite à mon engagement en septembre 2011 aux  Ateliers de la Glâne, j’ai commencé mon élevage dans la Broye fribourgeoise avec 60 cailles. Un an plus tard, j’en avais déjà cinq cents.

Mes animaux se répartissent sur deux sites :

Le plus important regroupe uniquement des pondeuses, qui sont détenues dans des cages fabriquées par mes soins et respectant les normes légales imposées par le vétérinaire cantonal. Leur litière se compose de paille compressée qui se présente en petits cubes que les cailles adorent picorer : cela leur procure un divertissement et évite qu’elles ne se piquent entre elles. Les cailles ont également à disposition des bacs à sable indispensable à leur équilibre alimentaire ; elles en ont besoin dans leur gésier pour concasser l’aliment. En ce qui concerne leur alimentation, je m’approvisionne au Moulin de Romont qui m’a délivré un certificat me garantissant une matière première provenant de fermes des environs et ne contenant pas de coquillages moulus ou de farine de poisson qui pourrait nuire à la qualité des œufs.

Le plus petit site contient la génétique (cailles du Japon sélectionnées pour la reproduction) et les poussins. Je possède deux couveuses et deux éleveuses qui me permettent de mettre à couver les œufs et de faire une sélection afin d’éviter la consanguinité et augmenter ainsi la pureté de la race. Il existe trois sortes de cailles : la caille des blés (qui sait voler et qui est chassée), la caille de chair appelée Jumbo (pour la viande) et la caille du Japon (pondeuse) que j’élève.